Les dieux gaulois celtes . On peut également penser que les bardes sont chargés de l'éducation de jeunes nobles. Depuis 1900, en Bretagne, une association appelée Goursez ("session, assemblée" en breton) entend pratiquer des rites fondés sur l'héritage du druidisme (voir : néodruidisme). Il est impossible de discerner chez les Celtes un ensemble mythologique cohérent qui leur soit commun. nécessaire]. Ce théonyme est généralement considéré comme désignant un dieu à part entière. Ses attributs impliquent ensauvagement, puissance sexuelle, rythmes saisonniers[28]. Cernunnos est, parmi les dieux gaulois, l'un des plus célèbres de par son aspect frappant, et l'un de ceux dont la fonction est la plus méconnue. Mais pour Christian-J. Il est également souvent assis, parfois en tailleur, et accompagné d'animaux sauvages. Construits en bois et torchis, leur plan général est sensiblement le même que celui des sanctuaires gallo-romains, ceux-ci n'étant souvent ni plus ni moins que leur évolution, à la suite de l'arrivée de nouvelles techniques de construction. nécessaire]. Aujourd'hui connus sous le nom générique de fanum, ils comportent une ou plusieurs cella fréquemment entourées d'une galerie, le tout dans un vaste espace souvent cerné par un péribole. Les mythes qui se rapportent à ces entités sont bel et bien perdus, mais les images monétaires en ont gardé une trace[12]. Son culte est attesté sur le territoire arverne, au sanctuaire de Bauclair, à Voingt, où il semble être adoré jusque sous la domination romaine[38]. Toutefois le témoignage plein de passion de Lucain n'est pas nécessairement invalidé par les progrès de l'archéologie. ).Attention, ce ne sont pas des cours d'histoire ! On retrouve dans les récits de la Légende dorée nombre de mythes de la religion celtique gauloise ; selon l'historien médiéviste Philippe Walter et le folkloriste Claude Gaignebet ce sont non seulement des figures comme la Tarasque ou le Dieu cerf qui sont adaptées en une mythologie chrétienne, mais aussi tout le cycle de Carnaval qui en serait issu[6],[7]. Curieusement, les auteurs grecs rapportent que les réunions politiques gauloises se font en musique, ceci dans le but d'apaiser les esprits[22]. Ce dieu peut être associé au pommier. MTG Arena arrive sur mobile avec l&rsquo…, Meiôiden Dark Wing le nouveau manga Sain…, Une semaine métal sur Magic : The Gather…, ENDER LILIES : Quietus of the Knights ar…, Résumé des annonces du Fate Project New Year’s Eve TV Special 2020, Licorne, une créature mythique devenue star, Divinités mythologiques (dieux et déesses), dieu du Soleil, du Feu, de la Lumière et de la Santé, déesse de la Lune, de la Métalurgie et de la Forge, dieu de la Nature, des Animaux et de l’Abondance, déesse de la Fertilité, protectrice des voyageurs (, dieu de la Force, de l’Eloquence, du Cosmos et de l’Évolution, dieu irlandais primordial, aux multiples fonctions (, déesse de la Prévoyance et de la Providence, dieu du Ciel, du Tonnerre et de la Foudre. Il est avéré que certains lieux sacrés n'étaient pas matérialisés par des constructions. Néanmoins, les progrès récents de l'archéologie ont permis aux scientifiques et historiens d'avoir une meilleure appréciation des sanctuaires utilisés par les Gaulois dans le cadre de leurs manifestations religieuses. Elle ne fait pas appel à la "Gaule", mais à la tradition celtique brittonique rénovée par la Gorsedd galloise au XVIIIème siècle. Le Pilier des Nautes érigé sous Tibère à Lutèce associait panthéon romain et panthéon gaulois. Le dieu Teutatès porte un nom qui évoque le peuple, la tribu. La religion gauloise est l'ensemble des croyances et des rites propres aux peuples de la Gaule - du moins ceux qui étaient de culture celtique. Les attributs de Taranis sont la roue et l'esse symbolisant l'éclair ou selon Venceslas Kruta l'année avec les deux saisons (sombre et claire)[36]. Les Celtes semblent pratiquer également des cultes naturalistes. Pline: Les forgerons d'Alesia sont les premiers à Jules César mentionne leur rôle religieux, et indique qu'ils font également fonction de juges. Il n'est point occupé par les Pans, habitants des campagnes, les Sylvains maîtres des forêts ou les Nymphes, mais par des sanctuaires de dieux aux rites barbares ; des autels sont dressés sur des tertres sinistres et tous les arbres sont purifiés par le sang humain. La moisissure même et la pâleur qui apparaît sur les arbres pourris frappent de stupeur ; ce que l'on craint ainsi, ce ne sont pas les divinités dont une tradition sacrée a vulgarisé les traits ; tant ajoute aux terreurs de ne pas connaître les dieux qu'on doit redouter ! Toutefois, il lui accorde également une capacité que ne possède ni le Mercure romain, pas plus que l'Hermès grec. Ce parvis servait pour recevoir la foule du peuple lors des cérémonies religieuses ou politiques d'importance. Les Celtes s'établissent en Gaule mais aussi en Belgique et dans l… Mais un examen attentif des théonymes retrouvés révèle qu'il s'agit en fait souvent de qualificatifs évoquant le mythe du dieu. Le reste de la viande et du vin était consommé par l'ensemble de la communauté présente au sacrifice. D. Hollard, D. Gricourt, « Taranis, le dieu celtique à la roue : Remarques préliminaires », Les lamelles de plomb gravées d’Amélie-les-Bains-Palalda (66110) : un cas d’école pour l’étude des langues rares de l’Antiquité. Treignes, Ed. Abnoba. Documentaire Les Gaulois. Du fait de l'absence de sources écrites directes avant l'époque romaine, ses particularités d'avant la romanisation demeurent mal connues, et difficiles à distinguer de celles de la religion gallo-romaine . Il a permis l'émergence d'un culte public, politique et étatique, allant de pair avec l'émergence des civitates celtiques telles qu'on les découvre décrites par les auteurs antiques[23]. Dieux romains équivalents La religion des druides, menacée sous l'empereur Tibère (14-37 de notre ère), fut interdite sous Claude (41-54), et les dieux gaulois furent assimilés à des dieux romains qui leur ressemblaient plus ou moins. L'une est constituée de superstitions rurales et autres pratiques magico-religieuse populaires. Ces confréries sont elles-mêmes organisées sous l'égide de l'un d'entre eux[c 4]. La déesse Épona est une déesse majeure du panthéon gaulois liée, de par son nom, au cheval (epos en gaulois). ... Dans l'épigraphie gallo-romaine, le nom du Jupiter gaulois apparaît sous la forme de Taranis ou Taranus, complétée par des anthroponymes théophores : Taranutius et Taranucnos (« né de Taranis »). En conséquence plusieurs théonymes peuvent désigner la même entité divine[14]. J.-C., la conquête de la Gaule par les romains se déroule de 57 à 50 av. Dans les campagnes, le fanum, temple rural, ne doit rien à l'architecture romaine des temples classiques du culte gréco-romain[42] mais était une évolution des temples celtiques, qui en bois au départ, se sont peu à peu monumentalisés. Le druidisme présente de nombreux points communs avec la philosophie pythagoricienne et l'orphisme, ce qui suggère un lien de parenté et une origine commune à ces trois courants de pensée. La divination pratiquée par les vates est l'aéromancie, l'observation du vol des oiseaux. La religion celtique pratiquée à cette époque est extrêmement mal connue. Mais ce sont des déesses romaines et non gauloises. Divinités et lieux de culte de la Gaule indépendante jusqu'à la fin de la période gallo-romaine. J.-C. P. Lambrecht, À propos du char cultuel de Strettweg, Revue Belge de Philologie et d'Histoire. les gaulois2. (Connus en Gaule, lieux de culte le long de la Garonne dans le sud-ouest de la France.) Toutefois, le peuple n'avait pas les moyens d'offrir de tels sacrifices aux divinités. Entre les divinités de la Gaule et celles de l’Ile de Bretagne et d’Irlande, il n’existe que des similitudes, souvent ambiguës. Le mot nemeton désigne le temple utilisé par les Gaulois à l'époque de leur indépendance. Certains dieux gaulois furent identifiés à ceux des romains, dont à Mars et Mercure. L'interpretatio romana recouvrit des croyances demeurées bien vivaces, et qui le demeurèrent jusqu'au cœur du Moyen Âge[42]. Borvo Dieu gaulois de guérison dont le son nom est associé au printemps. Questionnaire. Il existe différentes façons d'écrire les noms des dieux et des déesses celtes. Nous présentons donc ici un panthéon non exhaustif des dieux gaulois et gallo-romains. Selon Dominique Hollard et Daniel Gricourt, l'autre membre de ce couple de jumeau sacré aurait été Cernunnos ce que Delamarre et Savignac contestent[31]. Elle est fréquemment représentée montant en amazone et tenant une corne d'abondance. 2015 - Polythéistes, les Gaulois vénéraient des divinités protectrices variées mais ne les représentaient pas sous des traits humains. Celui-ci serait donc plus souvent désigné de manière allusive - "le divin corbeau", "Le rouge", "La Reine", "Le grand Cavalier" - que par son nom véritable, l'évocation de celui-ci pouvant faire l'objet d'un tabou. Il disait ceci: Inscription: Martialis fils de Dannotalos offre à Ucuetis, avec les forgerons qui honorent Ucuetis à Alesia. Recherche - Définition. Le témoignage de César, emprunté à Posidonios d'Apamée, prête au dieu le plus vénéré des Gaulois une identité avec Mercure. Les Gaulois expliqués par les élèves en 2 min chrono (ou presque ! Le druidisme fut interdit par l'empereur Claude (41-54), au motif d'abolition des sacrifices humains[42], mais probablement aussi en raison de l'implication de la classe sacerdotale dans les révoltes gauloises[43]. L'état des sources explique les hésitations des interprétations. D'autres associations se sont formées comme le Collège bardique des Gaules, à Paris, puis plus tard, en 1987, en Bourgogne, le « Groupe Druidique des Gaules », qui fut membre du congrès européen des religions ethniques[réf. modifier La religion gauloise est l'ensemble des croyances et des rites propres aux peuples de la Gaule - du moins ceux qui étaient de culture celtique. Certaines associations réputées d'extrême-droite comme Terre et Peuple, se réclament du néopaganisme gaulois[réf. Il convient donc de périodiser les données sous peine de les confondre. Il s'intéressait particulièrement aux pays qu'il avait lui-même parcourus, comme la Gaule du Sud[2]. Néanmoins, les relations entre les différentes entités divines restent particulièrement floues et les conjectures ne manquent pas en ce qui concerne l'étendue de leur domaines d'activité respectifs. Elle est assimilé à la Rhiannon irlandaise et la Rigantona d'Alésia[33]. Tout cela permet de restituer partiellement un panthéon appartenant en propre aux Gaulois. Un tableau a malheureusement été supprimé lors de la publication. Chez les celtes, il n'y a pas de hiérarchie fixe comme dans la mythologie romaine. « Dieux celtes » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior Aller à : navigation , rechercher Dieu guerrier gaulois, I er siècle, trouvé à Saint-Maur ( Oise ) On retrouve également cet animal fantastique dans la décoration des protège-joues (paragnathides) du casque d'Agris. ΛΟΥΓΟΥC (Lougous) en écriture grecque utilisée par les Gaulois est évidemment une variante de ΛΟΥΓΟC (Lougos), le corbeau, et le corbeau est le messager de Lougous.[réf. Que Phébus soit au milieu de sa course ou qu'une nuit sombre occupe le ciel, le prêtre lui-même en redoute l'accès et craint de surprendre le maître de ce bois[c 1]. Dieux Celtes Cours Histoire Histoire De France Histoire Antique Fle Mythologie Grecque Et Romaine Mon Quotidien Culture Générale Socialisme. Ces différents noms peuvent désigner des dieux locaux, dont le culte ne dépasse pas le cadre de la tribu. Enregistrer. Astérix le Gaulois: Jupiter: Romain: Père et maître des dieux, assimilé à Zeus des Grecs. Ésus. Les archéologues ont noté que, dans le trophée guerrier de Ribemont-sur-Ancre, les crânes brillent par leur absence. La classe sacerdotale des druides connaissait l'écriture, mais privilégiait systématiquement la transmission orale. En amont se tiennent les conceptions de l'Europe des Métaux, issues du socle indo-européen. Les armes, prises à des ennemis vaincus, étaient exposées sur les murs du sanctuaire puis, après un certain temps, probablement à la suite de leur chute au sol, détruites rituellement et rejetées dans le fossé du sanctuaire. Selon l'hypothèse présentée par D. Hollard et D. Gricourt, il s'apparenterait à une version primitive de Dionysos, issue de la mythologie indo-européenne[31]. Pour les Celtes, l'arbre était le symbole des dieux et représentait la force, le savoir et la vie de la nature /des bois. Sous forme humaine, il revêt fréquemment l'aspect d'un homme d'âge mûr au front orné de bois de cerf. Tweetez. 8 mai 2017 - Découvrez le tableau "Cernunnos" de Angélique sur Pinterest. Ils peu-plent nos imaginations et ils savent nous émouvoir par leurs aventures. La classe sacerdotale des Gaulois est composée des druides, qui semblent en occuper l'échelon supérieur, des bardes et des vates[20]. On peut encore citer les divinités Belenos et Belisama ; le dieu solaire Grannos ; le dieu Borvo, sa parèdre Damona et le dieu Nerios, trois dieux liés aux sources ; Maponos, le dieu-fils ; la déesse Brigantia ; ou encore Catubodua, la "corneille du combat", déesse guerrière de la victoire. Les premiers textes grecs mentionnant les druides les présentent comme des philosophes, et soulignent la proximité de leur pensée avec la pensée pythagoricienne[21]. Mais ces commentaires à la Pharsale de Lucain sont très tardifs et confus. Un serpent à tête de bélier lui est fréquemment associé. De même, la Marne, Matrona en gaulois, pourrait avoir été dédiée aux cultes des Mères. À Rome, le Capitole lui est consacré. Ce rite évoque fortement le thème celtique de la triple mort dont la victime est successivement blessée ou amenée à chuter mortellement, noyée ou étouffée, puis brûlée[27]. S'il faut en croire l'antiquité admiratrice des êtres célestes, les oiseaux craignent de percher sur les branches de ce bois et les bêtes sauvages de coucher dans les repaires ; le vent ne s'abat pas sur les futaies, ni la foudre qui jaillit des sombres nuages. Toutefois, il est possible que le cerf représenté sur le Char de Strettweg, daté du Hallstatt, soit une représentation de Cernunnos[32]. Certains peuples gaulois apaisent Teutatès et Ésus par des immolations. Après lui ils adorent Apollon, Mars, Jupiter et Minerve… Apollon guérit les maladies ; Jupiter tient l'empire du ciel, Mars celui de la guerre ; Minerve enseigne les éléments de l'industrie et des arts. Après la conquête de la Gaule en 50 av. L'exemple le plus réputé reste encore le sanctuaire des Ambiens à Ribemont-sur-Ancre. dieu gaulois — Solutions pour Mots fléchés et mots croisés. Les déesses Rosmerta, Nantosvelta, Sirona, Nemetona et d’autres. C'est pourquoi les historiens des religions s'accordent pour faire de ce Mercure gaulois l'équivalent continental de l'ancien dieu irlandais Lugh, dont l'une des épithètes, Samildanach, peut se traduire par « le Polytechnicien »[12]. Les Gaulois se vantent d'être issus de Dis Pater, tradition qu'ils disent tenir des druides[c 10]. J.-C. Polybe est un historien rigoureux, qui se refusait à rapporter les témoignages douteux, et croisait ses informations. « Il y avait un bois sacré, qui, depuis un âge très reculé, n'avait jamais été profané. Lorsque les celtes ont pillés Delphes, ils sont rentrés dans les temples et ont bien rit devant les représentations anthropomorphiques des dieux grecs. communiqué des Gaulois Midget AAA. Pline l'Ancien, procurateur en Gaule narbonnaise en 70 apr. Hormis pour la Gaule narbonnaise, romaine dès la fin du IIe siècle av. Belisama Déesse du foyer, de l'artisanat et du tissage. L'entrée principale du sanctuaire est, dans la très grande majorité des cas, orientée à l'est. Un cas particulier de ce "Tabou du nom" est celui du dieu Teutates. Le druidisme est donc susceptible d'être apparu en même temps que la pensée orphique et la pensée pythagoricienne, au VIe siècle av. dieux gaulois et romains.cwk. L'ensemble est construit en pierre et maçonné, contrairement aux sanctuaires indigènes auxquels les fanums succèdent. J.-C. On le voit également représenté sur le pilier des Nautes des Parisii, seul endroit où son image est associé à son nom, et sur le chaudron de Gundestrup. On retrouve sa représentation au Val Camonica et dans la Vallée des Merveilles. Comme divinités tutélaires de la cité, elles sont généralement désignées par une épithète de lieu : les Nerviennes[40], les Mères de Nemausos, etc. J'ai lu et j'accepté les termes et conditions. Toutes ces compétences sont acquises lors d'un long apprentissage d'une durée de 20 ans. Il est difficile de les distinguer toujours des matres, matronae, divines mères, génitrices des peuples, qui portent des cornes d’abondance, corbeilles de fruits et symboles de fertilité. La Seine, la déesse Sequana, avait un sanctuaire qui lui était dédié, logé sur ses sources. ». La seconde consiste en une première forme de culte organisés, mise en place par les élites dont la trace la plus visible consiste en des rituels funéraires ostentatoires[22]. Ils ont également un rôle social, celui de chanter l'histoire nationale de chaque peuple, tribu et famille, de garder en mémoire les hauts faits et les faillites des hommes illustres. Son lien très fort avec le cheval, animal psychopompe, ainsi que la présence de cette divinité sur des stèles funéraires, font supposer que l'un de ses rôles est d'escorter les âmes des défunts. Mais il est rare de trouver cela, et quand on le trouve, on le cueille dans une grande cérémonie religieuse, le sixième jour de la lune, car c'est par la lune qu'ils règlent leurs mois et leurs années, et aussi leurs siècles de trente ans ; et on choisit ce jour, parce que la lune a déjà une force considérable, sans être encore au milieu de sa course. Liste alphabétique des dieux et déesses de la Gaule (divinité, source divisée, rivière divinisée, montagne divinisée, ...) Bienvenue ! L'érection d'un trophée guerrier exposant les armes d'ennemis vaincus était fréquemment le prétexte à ériger un sanctuaire, comme dans le cas du sanctuaire de l'oppidum de Corent. Les premières descriptions sont celles des Grecs Polybe et Posidonios au IIe siècle av. Les Celtes Gaulois habitaient la région correspondant à la France, la Suisse, l'Allemagne méridionale et occidentale, la Belgique, la Frise, les Pays-Bas, la Hollande, le Luxembourg et le nord de l' Italie. Ils appellent le gui par un nom qui est : "celui qui guérit tout". Les druides sont issus de la noblesse, c'est le cas de Diviciacos, le seul druide gaulois historiquement connu, et forment ensemble l’élite intellectuelle de la Gaule. Après cette phase d'organisation de la société celte, la période dite «â€‰de la Tène » (entre 450 av. En raison du rôle restreint de l'écriture prôné par la pensée druidique et de la force de l'acculturation romaine, la religion gauloise reste aujourd'hui difficile à appréhender. Toutefois, il arrivait aussi que les Gaulois élèvent un trophée directement sur le lieu du combat. Ils sont qualifiés de sacrificateurs et d'augures. C'est pourquoi on voit apparaître également des offrandes plus modestes : fibules, statuettes, monnaies, etc. Il semble apparaître dans un mythe lié à Ésus. Il pourrait s'agir toutefois d'un surnom recouvrant le nom de la véritable divinité tutélaire[n 1], la périphrase « le Dieu de ma tribu » permettant de ne pas prononcer le vrai nom du Dieu, afin d'éviter que les ennemis ne l'invoquent également[25]. ». Le taureau divin aux trois grues est un autre exemple d'animal fantastique. Les dieux Gaulois peuvent êtres associés à une rivière ou simplement une source. J.-C.[1]. La dernière modification de cette page a été faite le 5 janvier 2021 à 19:28. le village gaulois. Réédition augmentée d'un ouvrage paru initialement en 1970. Ce sont les formes les plus communes qui sont transcrites ici. Après avoir préparé le sacrifice sous l'arbre, on amène deux taureaux blancs dont les cornes sont liées pour la première fois. Les dieux gaulois celtes . Parmi les autres animaux fantastiques de l'iconographie celtique, on peut mentionner le pégase, qui apparaît sur le torque en or découvert à Vix, l'hippocampe, représenté comme un cheval à queue de poisson, et la Tarasque, féroce carnassier mangeur de chair humaine. Si les Romains apportent de nouveaux cultes, ils pratiquaient un polythéisme adoptant, admettant dans leur panthéon les dieux des peuples conquis[42]. Ils sont souvent associés à des objets “celtes” comme le torque ou les vêtements gaulois. Qui sont les gaulois ? Recherches sur le type dionysiaque chez les Celtes, Éds. Les vestiges archéologiques de ces festins sont assez caractéristiques : il s'agit de nombreux ossements d'animaux domestiques portant des traces de découpes de boucherie, et répartis sur l'ensemble de l'espace sacré. Réédition augmentée d'un ouvrage paru initialement en 1957 aux. Probablement à des fins politiques, il les assimilait aux dieux romains[24] : « Le dieu qu'ils honorent le plus est Mercure. La "religion des gaulois" est la variété régionale de la religion de la Celtique indépendante. Les eubages sont le plus souvent assimilés aux vates ; il semble en effet que ce terme soit une corruption, une erreur de transcription, du terme vates. Ce dernier présente la particularité d'avoir été érigé avec les os des vaincus[16], un certain nombre de textes antiques venant confirmer ce rite, notamment Diodore de Sicile reprenant Posidonios[17]. La découverte du sanctuaire celtique de Gournay-sur-Aronde, le premier connu datant d'avant la conquête romaine, a révolutionné les connaissances sur le sujet[4]. Abnoba. Guides archéologiques du Malgré-Tout. Vêtu d'une robe blanche, le prêtre monte à l'arbre et coupe avec une faucille d'or le gui qui est recueilli par les autres dans un linge blanc. Leur rôle religieux est d'abord de transmettre au peuple les mythes et légendes narrant les aventures divines. Enfin, un troisième exemple vient du casque d'Agris, retrouvé au fond d'une grotte. J.-C., celle-ci fut décrite par les historiens latins. Le nom de Taranis nous a été transmis, comme ceux d'Esus et de Teutates, par la Pharsale de Lucain. Si les druides tiennent le rôle de théologiens de la religion celtique, eux sont plutôt les exécutants du culte[22]. Des dieux gaulois [P. Lajoye] Des dieux gaulois, Petits essais de mythologie , Patrice Lajoye , 2008 , Archaeolingua , ISBN:978-963-8046-92-5 , Prix indicatif: 36,00 € La religion gauloise est fort mal connue, et sa mythologie ne subsiste qu'à l'état de fragments épars. Un troisième animal fantastique est le cheval à tête humaine qui apparaît fréquemment sur les monnaies armoricaines ; on ne sait s'il s'agit d'une métamorphose divine ou d'un animal mythologique à part entière. Accueil » Divinités mythologiques (dieux et déesses) » Panthéon gaulois, Dernière modification le 15/04/2020 par Ervael. Le témoignage de Jules César va dans le même sens. Toutefois, plus que la cella, c'est l'enceinte sacrée qui caractérise le nemeton dont, souvent, le premier état n'est qu'un simple enclos fossoyé, la première élévation du péribole n'intervenant que plus tard, sous la forme d'une palissade. C'est surtout par le vaste corpus de la Celtique insulaire, gaélique et brittonique, que nous pouvons atteindre à la tradition narrative, mythologique, religieuse, et épique des anciens Celtes. Il est aujourd'hui bien admis que Taranis est assimilable au Jupiter gallo-romain. Enfin, les recherches récentes sur cette divinité émettent l'hypothèse qu'il serait l'un des Dioscures vénéré en Gaule[30]. Il a un grand nombre de statues ; ils le regardent comme l'inventeur de tous les arts, comme le guide des voyageurs, et comme présidant à toutes sortes de gains et de commerce. La toponymie et l'épigraphie ont aussi apporté de nouvelles notions, parfois modestes prises individuellement, mais qui permettent globalement de faire avancer la connaissance de la culture gauloise[5]. Dans ce rôle, César précise que l'une des peines les plus sévères qu'ils puissent prononcer est l'interdiction de faire des sacrifices aux dieux, c'est-à-dire l'équivalent de l'excommunication chrétienne[c 4]. Rechercher Il y a 4 les résultats correspondant à votre recherche Cliquez sur un mot pour découvrir sa définition. Au VIe siècle, les rituels celtes et les rites païens (celtes ou autres) seront interdits par des textes chrétiens.